Passer au contenu

[ARGENTIQUE] Je compare des images argentiques et numériques en studio

Je commence tranquillement à tester le portrait en studio et en argentique. Néanmoins, lors de mes premières séances, je n’avais pas tout le matériel à disposition et j’utilisais principalement mon boitier numérique pour mesurer la lumière et faire mes tests de composition. Du coup, j’en ai profité pour faire un petit comparatif des résultats obtenus en argentique et en numérique.

Le déroulement de la séance

Pour faire ce petit comparatif, je me suis servi des images réalisé lors d’une séance « test » avec Jennifer. Comme je n’avais pas de flashmètre pour réaliser ma mesure directement, je me suis appuyé sur mon boitier numérique. Cette façon de procéder me permettait de réaliser des tests (réglages et compositions) avant de prendre mes images argentiques.

Les points de comparaison

Pour comparer les images, j’ai cherché à obtenir le traitement qui me plaisait le plus à partir des images brutes dont je disposais. En numérique, j’avais des fichiers RAW et en argentique, des fichiers TIFF de mes négatifs scannés.

J’ai ensuite comparé les images pour voir si j’avais de grosses différences dans les traitement et j’ai tenté d’homogénéiser le tout. Finalement, j’ai remarqué plusieurs différences que je décris par la suite. Enfin, d’un point de vue matériel, j’ai utilisé :

Le flou

Dans des situations de prise de vue comme le portrait, le flou est quelque chose d’important à regarder car il permet de détacher plus ou moins votre sujet de son environnement. Ici, sur ces 2 portraits, on voit clairement une nette différence en terme de flou obtenu sur l’image finale. Celui du Mamiya 645 AF est beaucoup plus présent et permet de camoufler les plis du fond en tissu. Je le trouve également plus esthétique.

A gauche : la version argentique / A droite : la version numérique / Réglages : f/5.6, 1/125s, 400 ISO
A gauche : la version argentique / A droite : la version numérique Réglages : f/5.6, 1/125s, 400 ISO

Je pense que cette différence est due à 2 choses : la focale réelle utilisée et la taille du « capteur ». Ces dernières sont plus importantes sur le Mamiya ce qui contribue à augmenter le flou  à réglages équivalents.

Le format

Bien que ça soit un paramètre qui peut se penser à la prise de vue et se corriger en post traitement il a un impact sur les images finales. Après avoir utilisé les 2 formats pour réaliser mes portraits, je me rends compte que les images sont mieux structurées en format 4/3 (celui du Mamiya 645 AF). Le format 3/2 du numérique est quant à lui trop « allongé et verticale » à mon sens.

La tonalité de l’image

Comme le point précédent, je n’avais pas du tout remarqué cela au départ mais la tonalité est très légèrement différente sur l’ensemble de mes images. En effet, j’ai l’impression que le numérique a tendance à avoir un noir et blanc un peu plus froid que l’argentique (à l’interprétation près du scanner !).

A gauche : la version argentique / A droite : la version numérique / Réglages : f/5.6, 1/125s, 400 ISO
A gauche : la version argentique / A droite : la version numérique / Réglages : f/5.6, 1/125s, 400 ISO

Pour rappel, je n’ai pas touché de réglage de tonalité lors du scan ou lors du post-traitement.

Le rendu (qualité d’image, modelé, aspect final)

Au cours de ce rapide comparatif, je voulais aborder la question du rendu en terme de qualité d’image, de modelé et d’aspect général de l’image.

Tout d’abord, il est indéniable de dire que le grain de l’image n’est pas le même. En numérique, l’image parait beaucoup plus lisse et « propre » qu’en argentique. Avec la pellicule, l’image est plus granuleuse. A titre personnel, je me rends de plus en plus compte que j’aime cet aspect de l’argentique : la possibilité d’avoir un beau grain sur son image plutôt qu’un rendu lisse.

Comparaison du grain de l'image. A gauche : l'argentique / A droite : le numérique
Comparaison du grain de l’image. A gauche : l’argentique / A droite : le numérique

En terme de « qualité d’image » pure (piqué), le numérique semble mieux s’en sortir même si je trouve que c’est discutable. Je n’ai jamais vraiment eu l’habitude d’avoir des images ultra piquées et j’aurais tendance à dire que, pour moi, les 2 rendus sont similaires.

Enfin, en ce qui concerne le modelé (zones de transition entre les parties claires et les parties sombres), j’avoue que je ne sais pas trop sur quel pied danser en voyant le résultat. Après coup, certaines images en numérique me paraissent plus plaisantes à l’oeil qu’en argentique et je ne saurais expliquer pourquoi …

A gauche : la version argentique / A droite : la version numérique / Réglages : f/2.8, 1/60s, 400 ISO (flash éteint)
A gauche : la version argentique / A droite : la version numérique / Réglages : f/2.8, 1/60s, 400 ISO (flash éteint)

Ces 2 photos en sont un parfait exemple. Je trouve que l’image numérique à droite à un modelé plus subtil mais manque de caractère général par rapport à celle de gauche.

La déformation de l’optique

C’est un point que je n’avais pas remarqué au début mais il est vrai qu’on se rend compte de la légère déformation que provoque le 35mm f/1.8 sur le Nikon. C’est surtout vrai quand le photographe est proche de son sujet comme j’aime le faire en portrait. Vous en avez un exemple sur le comparatif précédent où le visage est légèrement plus large en numérique qu’en argentique.

Le mot de la fin

Vous l’aurez compris, l’idée n’était pas ici de faire un comparatif exhaustif des différences entre le numérique APS-C et le moyen format argentique. Je voulais simplement vous partager quelques remarques que je me suis faites à moi même.

Comme d’habitude, n’hésitez pas à réagir si vous avez des questions ou des remarques, les commentaires sont là pour ça ! J’ai également créé un album spécial sur Flickr pour ceux qui voudraient aller se faire une idée des images en pleine qualité.

[social_warfare]

16 Commentaires

  1. DELANNOY DELANNOY

    Bonjour à tous,
    D’abord pardon d’entrer bien tardivement dans ce débat. Tout d’abord aussi j’avoue que je suis un indécrotable argentique mais je n’ai aucun mérite, j’ai commencé la photo il y a plus de 45 ans! Je voulais simplement vous interroger sur mon impression que j’ai lorsque je vois sur internet ou à la télé des photos numériques, surtout lorsqu’il s’agit de photos passées en noir et blanc à partir de fichiers couleurs. J’ai exactement la même impression quand je vois sur un même téléviseur, une image cinéma, puis une image vidéo. La vidéo donne un côté excessivement net et sec. La restitution des couleurs parait trop clinquante…Est-ce que je me trompe? Ais-je à faire à de mauvais photographes qui mettent de « l’accentuation » ou qui « transcrive mal leurs images couleurs en noir-et-blanc? Aspect physique (on dit notamment « main » du papier cartoline) mis à part, à chaque fois que l’on m’a montré deux tirages, j’ai à chaque fois su dire, sans le toucher, lequel était fait à l’agrandisseur et avec une bonne vieille chimie et lequel relevait d’une impression.
    S’il y a effectivement beaucoup de jeunes photographes qui se mettent à l’argentique, il y a en a beaucoup moins qui passent à l’étape labo.
    Donc la combinaison est film+scanner+imprimante. Alors peut-être est-il dur dans ce cas de distinguer entre deux photos « imprimées » laquelle est issue du scan d’un négatif. Comme si les dégâts ne provenaient pas du capteur (film ou capteur) mais du travail fait à l’ordinateur et ou du passage par une imprimante?
    A l’inverse, j’ai connu des photographes numériques qui passaient par un labo équipé d’un agrandisseur numérique (donc pour une solution fichier numérique-agrandisseur-chimie). N’est-ce pas pour ces derniers la preuve que le tirage labo « chimie » reste supérieur à une impression? Vos réponses m’intéressent!

    • Le Petit Nico Le Petit Nico

      Hello !
      A titre perso, j’ai fait les 2 et j’ai appris le tirage « de base » Noir et Blanc lorsque j’ai appris à développer mes premiers films.
      Je vois clairement une différence quand le tirage est réalisé sur un beau papier mais je n’ai matériellement pas le temps à consacrer au tirage pour ma pratique quotidienne. De temps en temps, je fais du tirage pour le plaisir mais ça reste un luxe que je ne me paye que trop rarement.
      De mon point de vue, un négatif bien scanné et corrigé correctement en numérique puis imprimé sur un beau papier vaut tout autant un négatif directement tiré sur papier. Le rendu n’est pas le même, j’en conviens, mais ce n’est pas pour autant qu’il n’est pas satisfaisant à mes yeux 🙂

  2. Pierre Pierre

    Je trouve que ce test a parfaitement du sens et l’on peut tout à fait comparer une Ferrari a une Dacia

    Je vois que certaiins ont une certaine expérience donc à la lumière de cet expérience, vous savez que l’on ne travaille pas « dans l’absolu »

    A quoi vous sert un 40 MPX pour sortir un A3

    et si après c’est pour le mouliner sur PS pour lui réduire sa PDC et adoucir un portrait , au final vous avez la qualité de votre smartphone.

    Le but c’est l’image et ce texte est intéressant car l’auteur parle de son goût pour l’image final; vous n’auriez pas dans l’idée d’aller voir un cuisinier pour lui demander la marque de son fourneau ou de ses casseroles et pourtant cela influe sur le plat qu’il sert.

    Il utilise un matériel qui lui plait et qui lui convient pour en sortir un résultat qu’il maîtrise avec son matériel.

    Vos comparaisons sont théoriques et l’analyse des megapixels ne fait pas une photo.

    Un scanner Nikon 9000 est super suffisant pour un 6X6 et je me souviens d’un comparatif fait sur un Imacon avec un fanatique du pixel; il fallait une super loupe pour voir la différence; il avait l’air assez couillon avec sa calculette pour nous donner les explications alors à la mode dans les fora.

    Tout cela c’est de l’argumentaire commercial: faites comme vous voulez les photos dont vous avez envie et arrêter de comparer l’agrandissement X 100 de la feuille de chêne sur l’arbre au bout du chemin.

  3. michel michel

    Ma remarque pourra vous sembler superflue, mais dans le doute…
    Vous utilisez des objectifs différents, or le grain dont vous parlez dans le chapitre « le rendu » est grandement affecté par le type d’objectif.
    J’ai un petit objectif standard zoom 18-55 qui produit des images extrêmement « piquées » et un objectif ancien (helios 58) qui produit une image « douce » (trop douce à l’époque tout argentique)
    Je les utilise sur le même appareil et la différence est flagrante.
    J’obtiens donc le résultat inverse du vôtre.
    Essayez d’intervertir boîtiers et objectifs (hors blog) pour vous forger une opinion. Je pense que vous aurez quelques surprises.

    PS: peut-être que ces différences sont mineures à un haut niveau de qualité

    • Le Petit Nico Le Petit Nico

      Bonjour 🙂

      Elle ne l’est pas au contraire !
      Merci d’avoir fait cette remarque avec politesse sans cracher sur le reste de ma petite expérience 😉

      Je testerai à l’occasion.

      Bonne continuation !

      • michel michel

        Je vous en prie, ce fut un plaisir 😉

  4. Pierre Pierre

    Bonjour

    Ce test est très intéressant et je comprends parfaitement la démarche de son auteur.

    Je ne raisonne pas dans l’absolue mais plutôt en fonction du travail et des images produites dans le passé pour avoir une sorte de compte rendu statistique.

    J’ai fait de l’argentique au Leica, au Blad, au rollei, au Mamiya 7 2 à la sinar et l’ebony

    Je fais du numérique au Leica (M8 et Monochrome) au Fuji XT2 au leaf aptus 68 sur blad et chambre, au Phase one 645 DF leaf II 68

    Disons que statistiquement c’est déjà une approche assez vaste.

    En argentique, les tirages couleurs étaient une véritable galère et étaient sous traités dans des labos (Picto) avec parfois beaucoup de désagrément.

    La prise de vue couleur était également assez complexe (température couleur, choix des films en fonction du sujet et du rendu attendu etc..)

    J’ai fait des tirages jets d’encre couleur et nb sur tous les formats et traceurs

    Si je pouvais résumer mon expérience:

    Pour la couleur, l’argentique ne tient pas la comparaison avec le numérique; tout d’abord car il y a 30 ans, presque personne ne tirait en couleur en raison de la complexité du process. Le couple numérique/jet d’encre atteint une perfection quasi absolue avec une facilité incroyable;

    Pour le noir et blanc on peut se poser la question ?

    Personnellement je n’aime pas, à tord ou à raison, les tirages noir et blanc au jet d’encres d’Epson; c’est affaire de goût.

    En revanche, j’utilise les encres Piezo charbon dont le rendu est, à s’y méprendre, celui de l’argentique.

    A titre d’expérience, je viens à l’instant de faire un tirage (portrait) à partir d’un néga 6 x 6 scanné, puis imprimé avec des encres charbon, je préfère de très loin le tirage charbon au tirage argentique que j’ai dans mes cartons. Mon épouse qui est totalement neutre préfère également le nouveau tirage.

    Pour en revenir à la couleur, il est vrai que l’usage d’un film donnait un rendu spécifique alors que le numérique est tout à fait neutre.

    Cet aspect était très agréable à l’œil, ce qui fait dire à certains que le numérique est plus plat; non le numérique est un peu tristement neutre; certes on peut simuler des films mais c’est un artifice qui ne me plait pas.

    Ce que je reprocherais au numérique c’est cette perfection fabriquée, universelle et un peu sans âme, même si elle est parfaite; C’est un peu comme si vous alliez tous les jours dîner dans un restaurant étoilé; vous avez vite envie d’une bonne entrecôte avec des frites.

    C’est pour cela que je ne fais plus que des tirages charbon et je me lance dans les procédés dits alternatifs.

    Je trouve que le couple pdv numérique permet justement de redécouvrir d’autres modes d’impression et se valorisent mutuellement.

  5. DREVON DREVON

    Votre paragraphe sur la balance des blancs est surréaliste! Depuis quand on parle de balance des blancs en noir et blanc?

    • Le Petit Nico Le Petit Nico

      Si j’avais dû gagner un euro à chaque critique sur cette vidéo je me serais fait un peu d’argent !

      Blague à part, je reconnais que le paragraphe est maladroit. En fait, je voulais simplement parler des tons de l’image. Tu n’es pas sans savoir qu’un noir et blanc peut être plus froid ou plus chaud (oui oui je t’assure !).

      Je vais donc modifier mon propos.

  6. sebastien G sebastien G

    Comme dit plus haut comparer un moyen format argentique avec un pauvre 14Mp aps-c en numérique, cela n’a pas beaucoup de sens…. C’est comme comparer une ferrari de 1980 à une twingo de 2018…

    • DREVON DREVON

      Bonjour,
      Moi, j’ai fait des comparaisons entre un APN Full Frame de 24 mégapixels, et de l’argentique, en 24×36 et le MÊME objectif, vainqueur : APN
      en 6×6 (Rolleiflex), vainqueur : APN
      en 6×7 (Koni Omega), vainqueur : APN
      avec du film Provia grain et résolution ultra fins
      en 4″x5″ (Linhof Super Technica) , pas vraiment de vainqueur
      avec du film inversible 100 iso
      Ne parlons pas des résultats qu’on obtiendrait avec du 45 méga ou plus.

      Bref, le numérique est supérieur, et on peut, avec un peu de maîtrise, l’altérer, le dégrader, lui donner du grain pour copier l’argentique.

      • Kristo Kristo

        « Vainqueur APN » ne veut absolument rien dire !
        On parle de quoi ? La résolution, la netteté, la dynamique,etc ?

        Votre commentaire prouve, sans aucune source ni exemple de photos, que vous préférez le numérique. C’est très bien, mais je n’ai pas l’impression que le but de l’article était de prouver que l’argentique est supérieur au numérique…

        L’article donne des pistes de réflexion intéressantes, bien qu’il aurait sans doute était plus judicieux de comparer l’ ASP-C à du 24×36 plutôt qu’à du moyen format, mais ça donne quand même une petite idée des différences de chacun des 2 mondes !

        • Le Petit Nico Le Petit Nico

          Je vous remercie d’avoir compris mon intention dans cet article ! 😉

          L’idée de comparer 2 choses ne veut pas toujours dire qu’on a un vainqueur à la fin. Je reçois plusieurs commentaires qui vont dans ce sens et je trouve ça dommage de toujours vouloir donner un vainqueur.

          L’argentique et le numérique sont 2 approches de la photo et je ne vois pas en quoi l’un devrait surpasser l’autre. Bref, je crois bien qu’on est d’accord 😉

        • DREVON DREVON

          En fait, comme je le disais le 18 mai dernier, je reste sur ma faim. Je trouve que l’étude est un peu approximative. ce n’est pas bien méchant, non?
          Je cite la conclusion:
          « Le mot de la fin
          Vous l’aurez compris, l’idée n’était pas ici de faire un comparatif exhaustif des différences entre le numérique APS-C et le moyen format argentique. Je voulais simplement vous partager quelques remarques que je me suis faites à moi même. »

          Je vous invite à regarder une toute petite partie de mes tests cher Saint Thomas https://wetransfer.com/downloads/55cfc37f742ab42af9c199c74c722ae020191215091448/2baf2963b467f02d8135bd7526281a3420191215091448/c975b6

    • Le Petit Nico Le Petit Nico

      Je suis désolé mais pour moi ça en a du sens.

      J’ai fait ce « test » pour voir ce que ça faisait comme différence, même si beaucoup de choses ne sont « pas comparables ». Bien évidemment qu’avec un réflex plein format moderne on aura de meilleurs résultats, reste encore à savoir ce qu’on aime avoir comme rendu.

      J’aurais aussi pu parler de ma résolution de scan etc etc mais je me mets dans la peau de qq1 comme moi qui a un numérique APS-C et qui veut juste voir ce que ça peut faire de prendre 2 photos quasi identiques et de comparer les images. Ce test n’a aucune valeur scientifique.

  7. DREVON DREVON

    Bonjour,
    Je découvre par hasard votre petite “étude“.
    Je reste un peu sur ma faim. Je comprends votre ressenti, mais j’ai du mal à saisir où vous voulez en venir. C’est un peu approximatif comme approche, me semble-t-il.
    Il faudrait, à mon avis, utiliser le meilleur des deux mondes pour faire une comparaison pertinente. Le Nikon de 14 mégapixels , c’est un peu faible… Pour la partie argentique, quel film, quel scanner (film ou à plat), quelle résolution sur votre 4,5×6 (à 4000 DPI, on aurait 62 mégapixels, à comparer aux 14 Mp du Nikon…)?
    Je vous recommande la lecture de ce site: http://www.boeringa.demon.nl/menu_technic_ektar100.htm
    Très cordialement.
    Régis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ut ut facilisis id mattis elit. mi, Aenean commodo Phasellus